Nairobi- réflexions sur le drame relatif à la prise d’otages

En ma qualité de président de l’Union Afrique-Hongrie (AHU) et vice-président du Département sub-saharien de la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Budapest, je voyage beaucoup en Afrique … Au cours des 5 dernières années, j’ai eu l’occasion de visiter 39 pays sur le continent que l’on croyait auparavant être une terre lointaine et appelé par stéréotypie le continent «noir».

De nos jours, grâce au regain d’intérêt, à la Coupe du Monde de football organisée en Afrique du sud ainsi que la politique hongroise d’ouverture vers l’Est, même les Hongrois ont réalisé que ce continent est loin d’être homogène, et je crois que ceci en partie est grâce au travail de sept années de sensibilisation effectué par AHU.

Voici en bref ma longue histoire : je suis arrivé à Kampala, la capitale Ougandaise qui a une frontière commune avec le Kenya, le jour même du drame de la prise des otages à Nairobi. L’Ouganda est le pays du jadis célèbre dictateur, Idi Amin, le pays des gorilles, le pays d’où prend sa source le Nil, le pays de Joseph Kony et des enfants soldats.

Entre autre, le pays du drame des otages d’Entebbe …
Ce dont le lecteur moyen pourrait se rappeler de l’Ouganda.

Je suis allé à Kampala pour préparer la prochaine mission médicale d’AHU et les émeutes de Nairobi avaient  éclaté au moment où je jouissais de l’hospitalité hongroise à la HTCC (le Centre Commerciale et Culturel Hongrois) 

Ce que nous devons savoir sur le Kenya, c’est qu’il est le pays de l’Afrique de l’est le plus développé, et ils vivent principalement du tourisme. Par conséquent, toute attaque contre le tourisme fait beaucoup plus de mal en ce moment que cela pourrait être estimé. Selon les statistiques du Kenya, 1 visiteur européen donne du travail à 7 employés là-bas. Donc, si l’on croit aux statistiques de 2012, cette industrie, qui fournit 11% du PIB, a prise en charge 7 millions de personnes au Kenya.

Et c’est l’industrie qui a été attaqué par l’Al-Shabab, l’armée redoutable qui a déjà perdu la plupart de ses soldats dans les combats, il s’agit des soldats qui avaient été évincées de la Somalie.

Cependant, ce n’était pas la première attaque de ce genre: les touristes allemands avaient été abattus dans une station balnéaire appartenant aux  Israéliens, en 1998, l’ambassade américaine avait été dynamité, ce qui avait causé la perte de 4213 vies humaines. Les églises, les édifices publics, les restaurants avaient également été attaqués par des terroristes, mais n’oublions pas de se souvenir des dernières élections pacifique et les élections de 2008 qui avaient faites des centaines de milliers de victimes causes des conflits  ethniques. La violence n’est pas inconnue au Kenya ou dans la région

Les raisons de l’attaque d’Al-Shabab avaient été la vengeance contre le Kenya pour leur participation à la mission militaire, l’AMISOM, dont l’objectif principal est de mettre fin à la violence et la situation de guerre créée par les Somaliens dans la région et si possible l’élimination total d’Al-Shabab.

Ils sont considérés par les services secrets comme une organisation en perte de puissance, depuis que les membres de l’organisation des Moudjahidines, au nombre de 14000 personnes avant, sont en décroissances à cause de la guerre continue et la perte de ressources.

Bien qu’il ne semble pas toujours ainsi, l’argent du terrorisme est en train de finir et aujourd’hui les ressources et les combattants fideles sont en train de se déplacer en direction de la Syrie

À mon avis, le but de cette terrible attaque récente était exactement  de recueillir les ressources dont ils ont besoins car l’on ne peut attirer l’attention des bailleurs de fonds qu’à partir des actions comme celle-ci pensant que, seuls les actes cruels peuvent ouvrir les robinets “d’argent”.

L’Ouganda, en tant que le plus important membre de l’AMISOM, a aussi peur de l’avenir proche parce que dans le message d’Al-Shabab de lundi, ils avaient été menacé d’attaque  par les 5e et 7e commandos de moudjahidin ensemble avec la Tanzanie.

Des soldats avaient été mobilisés et placés  dans les centres commerciaux de Kampala ou, avec l’aide des détecteurs de mines, ils examinaient tout le monde et tout ce qui pouvait entrer dans les institutions publiques. Les chauffeurs étaient sorti de leurs voitures pour un contrôle allant jusqu’au coffres de voiture – pour essayer de tenir à l’écart d’éventuels terroristes.

La sécurité de l’ambassade américaine non loin de la HTCC avait également été fortement renforcée: il y avait des soldats avec des fusils tous les cinq mètres tout au long de la clôture défendus par des jeeps avec mitrailleuses.

La protection et sécurité permanente de la Maison hongroise avait également été assurée par le partenaire ougandais de l’agence hongroise de sécurité armé de mitrailleuses et chiens de garde.

L’Ouganda savait déjà ce qu’ils pouvaient attendre de l’Al-Shabab car en 2010, l’explosion dans un club éthiopien avait fait 76 victimes, l’objectif de l’attaque était également la vengeance.

Toutefois, ni le Kenya, ni l’Ouganda ne veut de terreur. Grace à l’amélioration de leur niveau de vie, la classe moyenne en croissance voudrait une croissance économie conduisant à une croissance de la fortune.

Contrairement à l’Europe, le PIB ici est en augmentation et en augmentation rapide: de 5-7% par an. Les étrangers sont en streaming ici et pas seulement les touristes mais les hommes d’affaires aussi. Le drame des otages de Westgate avait touche des personnes de 40 différents pays, ainsi le chaos pourrait avoir des effets pires que jamais pouvant retarder le développement de ces nations de même 10 ans.

Ceci est la raison des multiples déclarations exhortant à la vengeance et aux actes force et d’attaque rapide et ferme, même au détriment de la vie des otages.

Le nationalisme a atteint des sommets inattendus: il n’y avait jamais eu d’exemples de don de sang en masse ou la collecte de dons au Kenya!

L’Afrique est en train de changer et de se développer, mais la violence avec elle aussi. Avec les visites en masse des étrangers, en raison de la corruption, il peut être en proie à des attaques contre les Occidentaux.

Après s’être débarrassé des terroristes et dictateurs bien connus du monde (Ben Laden, Kadhafi, etc.), l’Afrique peut aussi devenir la pépinière de nouveau Boogeymen qui ne sont pas encore bien connue, mais veulent «gagner une réputation” avec leur la cruauté (Boko Haram, AQMI, Al-Shababetc.).

Parce que le monde a besoin Boogeymen …
Et l’industrie de l’armement aussi …

Ainsi, l’Afrique, le berceau de l’humanité est de nouveau en gestation :

Elle est enceinte de la crainte humanitaire!

Szóljon hozzá ehhez a cikkhez