Les riches Chinois rêvent du grand large 

Les millionnaires sont attirés par la qualité de vie et le système éducatif occidentaux.

C’est un paradoxe de ce fameux basculement du monde, qui verrait la croissance et la richesse passer à l’Est. Les millionnaires se multiplient et prospèrent en Chine, mais ils ne rêvent que d’une chose, émigrer un jour pour une vie meilleure. En clair, on s’enrichit en Chine, mais on entend bien sécuriser son avenir hors des frontières.

La tendance est confirmée par une étude publiée lundi et réalisée par le Rapport Hurun, dont le classement annuel des grosses fortunes fait autorité, et Bank of China. Elle montre qu’environ la moitié des Chinois fortunés -possédant plus d’un million d’euros- se préparent d’une manière ou d’une autre à émigrer. Quelque 14 % l’ont déjà fait ou ont accompli les démarches. Leur principale motivation est d’offrir une meilleure éducation à leurs enfants.

 

«Il est assez amusant de voir le décalage entre le discours tenu par certains Chinois et relayé par des Occidentaux béats, sur la fin de l’Occident, et le nouvel âge asiatique, commente un universitaire pékinois. Bien sûr, le dynamisme est actuellement ici. Mais les Chinois aisés, y compris les cadres du Parti, ne veulent que les grandes universités occidentales pour leurs enfants.

 

La classe moyenne chinoise semble largement partager ces aspirations. Lundi, sur Weibo -le Twitter chinois-, une majorité d’internautes ne critiquaient pas la soif d’horizons étrangers de leurs riches concitoyens. Ils étaient nombreux à confesser qu’ils feraient de même, s’ils en avaient les moyens

 

Szóljon hozzá ehhez a cikkhez